Aliénor Laurens

Aller en bas

Aliénor Laurens

Message  Aliénor Laurens le Mar 17 Juil - 12:41

Prénom NOM : Aliénor LAURENS

Date de Naissance : 14 Octobre 1993

Baguette Magique : La baguette magique que possède Aliénor est en bois d'ébène d'une couleur sombre... Elle mesure 24,4 centimètre, et est composée d'un ventricule de dragon, ce qui lui donne un fort caractère. Notons que la baguette est plutôt souple, et a des prédisposition pour les Charmes & Incantations.

Avatar : Emilie Autumn

Description Physique :

    Le petit mètre 45 de Alienor ne lui facilite pas la vie, même si elle sait ne pas avoir atteint sa taille définitive. Cependant, cela est très loin de la complexer, sa petite taille ne l'ayant jamais empêché d'exister, voire même a aidé à passer inaperçue ou à se glisser là où d'autres ne pouvaient pas aller. Elle a depuis toujours été plus petite que la moyenne de ses camarades de classe, et également comparée à son père. Alienor est très maigre, du fait de sa vie à l'orphelinat. Elle n'a pas le poids mannequin, elle est en réalité bien en dessous. La balance indique... 29 kilos. Du fait de sa taille plus petite, on remarque peu l'infime poids de la demoiselle, bien qu'elle ne paraisse que fine. Mais ce n'est pas pour autant que jeune demoiselle est faible. Son apparence chétive cache en réalité une force physique qu'elle a apprit à développer garce à quelques, voire beaucoup bagarres de son enfance, également.

    Les cheveux de Alienor sont roux, tirant sur le rouge lorsque le soleil vient s'y refleter, mais on peut y observer plusieurs mèches naturellement plus foncées, d'une couleur noire, en particulier l'été qui tend facilement à les foncer. Ceux-ci n'ont jamais été coupés, et restent très irréguliers. Enfance à l'orphelinat oblige... Elle a toujours eu des cheveux fins et raides. Assez souples, la demoiselle n'a jamais eu de problème pour les coiffer. Cependant, elle n'aime pas passer de longues dizaines de minutes devant la glace le matin, et le fait qu'elle n'en ai pas besoin l'arrange. Du fait de leur longueur et aussi de ses maigres performances en coiffure, Alienor n'attache pas ses cheveux quoiqu'elle aimerait pourtant pouvoir natter... Si seulement elle avait apprit...

    Des sourcils fins et noirs surmontent ses yeux. Ceux d'Alienor sont d'un gris clair, avec des nuances foncés, un truc compliqué, encore, deux joyaux ternes ayant la couleur de l'hivers, les plus clairs de tous ceux qu'elle a vu jusque là. Elle adore ses yeux, dont la couleur s’accorde avec tout, brillante et attirante. Il faut aussi avouer que, ayant vécu dans un endroit où la plupart des yeux étaient de couleurs foncés, la demoiselle a pris pour habitude de considérer que les yeux les plus beaux étaient les siens, différents des yeux bruns habituels, et des bleus de pouf's. Ces yeux (que de répétitions), en amande, sont absolument inexpressifs, ne laissant jamais paraître une quelconque émotion, joie comme colère, sans pour autant que Alienor cherche à fermer son regard. Quelqu'un de très observateur, en revanche, pourrait y apercevoir une intelligence pointue mêlée d'une importante ruse.

    Sa peau est pâle, légèrement moins que la moyenne, laiteuse, et elle ne prend jamais d'autre couleur, Alienor ne bronze jamais ni ne rougit, même lorsqu'elle est gênée. En ce qui concerne son style vestimentaire, il faut savoir que la demoiselle porte de tout, mais préfère les tenues noires, et apprécie plus particulièrement les vêtements de Gothique Lolita. De plus, il lui arrive de se maquiller assez fortement (sans pour autant y passer trois heures, elle déteste cela), malgré son jeune âge, raison pour laquelle elle peut en effet faire peur à bien d'autres gamins (Ce qu'elle adore... Ca vaut la peine, donc...).


Goûts :
    Elle ne connaît pas le contenu des matières encore, mais d'après le nom et ce qu'on lui a rapidement dit, Charmes et Incantations reste ce qui l'intéresse le plus. Étude et Réalisation de Potions paraît également assez intéressant...
    La première passion de la demoiselle est plutôt calme. Il s'agit de la lecture : que ce soit des livres de cours, des romans d'aventures pour enfants, des livres presque philosophiques, elle aime tout lire.
    Alienor a aussi d'autres loisirs, comme les échecs, jeu dans lequel elle excelle. Elle aime beaucoup dessiner également, dessiner tout et n'importe quoi, ainsi qu'écrire... Chanter... Seule, dans le noir résonne une voix de cristal... Et pourtant, elle se sent plus attirée par les scientifiques, autant pour apprendre à devenir animagus que pour les matières s'y trouvant.
    Comme chacun, elle a eu autrefois des rêves, qui se sont pourtant évanouis avec le temps. Désormais, elle ne souhaite qu’une chose : Devenir forte, et être respectée, et pour cela, elle veux devenir hors-normes, elle veux se démarquer, elle veux posséder un don.


Personnalité :

    Discrète. L'un des traits récurrents d'Alienor, c'est en effet sa discrétion. Elle est capable d'entrer dans une pièce pour surprendre une conversation sans se faire remarquer. La jeune fille connaît depuis son enfance à l'orphelinat plusieurs tours de passe-passe pour ouvrir des portes fermées à clé, pour passer inaperçue, pour repérer les dangers ou pour disparaître discrètement. Elle sait aussi rapidement dévier le sujet d'une conversation pour aborder les points qui l'intéressent ou à l'inverse le plus souvent, éviter ceux dont elle ne tient pas à parler. Il y a en elle une très importante part de ruse et de persuasion. Elle possède aussi une intelligence aiguë, un sens du détail pointu, une mémoire impressionnante, un sens de l'orientation à toute épreuve, une logique innée, beaucoup de sens pratique ainsi qu'une grosse part de curiosité. Pour elle, tout mérite d'être observé, compris, vérifié et retenu, de l'infime détail jusqu'à la flagrante évidence. Aventureuse, énergique, vive, intrépide, déterminée, elle est toujours prête à se lancer dans une nouvelle aventure, même si elle sait toujours à quel moment battre en retraite, passant parfois pour une lâche. En cours et dans ses devoirs seulement, elle change totalement ou presque de caractère, devenant sans aucun problème parfaitement autonome, calme, organisée, studieuse, appliquée, curieuse et réfléchie. Presque l'élève modèle, sans pour autant devenir celle qui monopolise l'attention à l'oral ni qui motive la classe, bien qu’elle se contente de faire le travail demandé, sans plus. Seul petit problème à ce niveau là… Lorsqu’elle n’a pas envie de travailler, elle ne le fera pas.

    Alienor est vraiment loin d'être l'amie idéale. Très peu chaleureuse ou amicale, toujours distante, elle n'est pas du genre à partager ses secrets avec n'importe qui. Froide pour qui ne la connaît pas, méfiante et ombrageuse, très sauvage et peu communicative, peu de gens osent l'approcher, et elle-même n'en fait pas plus. Plutôt renfermée sur elle-même, elle a apprit à se débrouiller seule, sans avoir à "s'encombrer" des autres. Toujours bornée, elle peut devenir agressive lorsqu'on la critique sur certains sujets qui lui font mal, même si, généralement, elle ne porte peu d'intérêt à ce qu'on peut dire d'elle. Très taciturne, elle parle peu. Souvent un peu rêveuse, on la pense dans son univers à elle, inaccessible, et elle s'en veut parfois de "se déconnecter", inattentive au monde qui l'entoure. Son ironie et sa trop grande franchise blessent nombre de ses camardes. Elle demande beaucoup à ses rares amis mais leur rend peu, et mets trop longtemps à leur pardonner un manque de loyauté. Très rancunière, elle n'oubliera jamais un affront fait et se vengera le plus rapidement possible, mais proportionnellement à l'affront qu'on lui a fait. Elle oublie parfois délibérément quelques passages des règlements lorsqu'elle les considère injustes ou inadaptés à la situation. Dernier point à remarquer : son dortoir est souvent dans un état épouvantable. Cependant, si personne ne saurait trouver quoi que ce soit dans son désordre, ça ne lui pose à elle-même aucun problème. Mais peut-être s'est-elle formé un tel caractère dans le but de cacher son terrible manque de confiance en elle et une sensibilité accrue. Elle est capable d'être une "enfant" sage et tranquille, comme être totalement timbrée, et péter son cable en l'espace d'une seconde...

    Alienor étant très active, elle a du mal à rester immobile plus de quelques secondes. Hormis certains cas particuliers, elle est d'une patience très limitée et ne supporte pas l'inaction. Il faut obligatoirement qu'elle trouve quelque chose à faire, ou alors elle peut devenir très désagréable. De même, elle n'aime pas attendre. Les situations qui n'évoluent pas rapidement, les problèmes dont les solutions tardent à se faire connaître, les gens qui noient leurs paroles de mots inutiles pour ne pas en venir aux faits, elle ne le supporte pas.

    S'il y a une chose que Alienor déteste également, c'est qu'on parle d'elle. Elle n’aime pas se faire remarquer, positivement comme négativement. Lorsqu'une conversation aborde un thème qui la touche plus qu'elle ne puisse l'admettre, elle usera de toute sa persuasion pour faire changer ce sujet. De même, elle ne racontera pas ses pensées au premier venu, car il pourrait le trahir à la moindre contrariété. Elle n'aime donc pas, plus généralement, parler d'elle aux autres. S'il y a aussi une autre chose qui horripile Alienor, ce sont les rumeurs, et en particulier quand elles la concernent. Il y a également de nombreux défauts qui l'énervent. Le premier est l'hypocrisie : entendre une personne dire du mal d'une autre en son absence alors qu'elle accourre vers elle dès son arrivée donne à Alienor l'envie de faire comprendre certaines chose à l'hypocrite en question, et pas très calmement. Elle ne supporte pas non plus les gens prétentieux, en particulier ceux qui s'appuient sur leur physique ou sur leur famille. Elle a aussi du mal à rester avec les filles très superficielles, qui ont tendance à s'écrouler sous leur maquillage, qui ne parlent que pour ne rien dire, qui se plaignent et pleurent pour un rien et surtout qui refusent de bouger de peur de tacher leur nouvelle paire de chaussure.



Fillière Souhaitée :
Scientifique

Maison de Poudlard : Serpentard (Note : Ca a toujours été ainsi, et sans hésitations... c'est un fait...)

Hors-Jeu :

  • Temps que vous pourrez accorder au forum : Je dirais... 7.75... (Je ne serais là que 30 minutes pendant la période scolaire du Lun. au Jeu. Le Ven. je serais là toute la soirée, et quand au Sam. et au Dim., je garde ma réputation de no-life... Pour les vacances, je serais là sans cesse... Sauf si je pars, évidement...)


  • Écolier, Collégien, Lycéen, Étudiant ou Travailleur ? Lycéenne.


  • Expérience Roleplay : Sur combien de forum avez-vous joué avant ? Sur combien concernant le monde d'Harry Potter ? Beacoup u_u Je fais du RP depuis deux ans, j'ai vu passer plus de cinquante personnage à travers mon clavier, et une centaine de forums... Aujourd'hui, je suis sur une dizaine...
    Je rajoute que je joue Livina Autumn depuis bientôt un an. Je pense la connaître parfaitement, mais il y a de nombreux points que je n'ai pas encore explorés. De plus, je ne l'ai jamais jouée à un âge aussi jeune, ce qui peut donc m'être interessant...


Dernière édition par le Jeu 19 Juil - 13:20, édité 11 fois
avatar
Aliénor Laurens

Nombre de messages : 10
Age : 26
Date d'inscription : 17/07/2007

Feuille de Personnage
Âge du Personnage: 13 ans
Filière du Personnage:
Disponibilité du Joueur:
5/5  (5/5)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Aliénor Laurens

Message  Aliénor Laurens le Mar 17 Juil - 14:57

Famille :
    Livina a un père, et... Disons une petite soeur qui a été adoptée dans la famille. Elle voue un culte à son père, et l'adore plus qu'un gamin normal envers son paternel. Il est tout pour elle, et restera toujours un repère rassurant, même lorsqu'elle ira à l'orphelinat. Toute sa courte vie (Jusqu'à ses quinze ans), elle l'attendra, espérant qu'il vienne la chercher.
    En revanche, elle déteste sa soeur adoptive. Elle est d'une jalousie impresisonnante, et la hais de toute son âme, car elle considère qu'elle lui a ravit son père, et qu'il est emprisonné par elle... (Je vous rappelle qu'elle a 13 ans, et que par conséquent, elle a tendance à s'imaginer plein de choses, qui parfois peuvent pourtant être vrai dans son histoire ^^)


Histoire :

    C’est à cause de Alienor que Maëlle mourut. Il l’aimait, à la folie, plus que tout, et cet enfant allait enfin être leur bonheur personnel. Et pourtant, elle était bien trop fragile. Et elle était née un mois en avance. Ni le médecin ni les gens n’avaient vu arriver ce qui semblait être un sale coup du destin : Elle avait perdu trop de sang, et s’était crue rétablie. En se levant brusquement de son lit en voyant son mari arriver, elle était tombée dans un coma dont elle était sortie quelques heures après, mais pas par la même porte… Elle fut enterrée deux jours plus tard. Pierre chercha donc à tuer l’enfant de son malheur, née prématurée, et pourtant, ne put le faire. Maëlle n’aurait pas voulu. Il la garda donc, avec toute la rancœur et la haine dont il était capable.

    Tout le monde le devine aisément, elle ne grandit pas dans un environnement très favorable. Et pourtant, elle s’en sortit. Elle ne voyait son père que très peu, puisqu’il voulait s’éloigner d’elle. Il la gardait enfermée à la maison, dans une pièce sombre sans fenêtre, avec pour seul contact une nourrice. Durant trois ans, elle resta enfermé, libérant ses rêves, grandissant seule, apprenant avec facilité, sous la menace de repas manquants et de coups. Mais il la détestait trop, et cela ne lui suffisait pas. Durant trois ans, il dilapida tout son argent, si bien qu’ils furent obligés de déménager, dans un vieil appartement de trois pièces. Il devint alcoolique et frappait sa fille souvent, sans pour autant la toucher autrement. Et lui, s’absentait trop souvent, la laissant seule dans l’endroit délabrée. Si souvent… Que sa présence devenait rassurante, qu’elle voulait qu’il revienne, qu’elle tienne à lui, lui qui lui disait que toutes les jeunes filles de son âge devait subir cela. Elle se raccrochait à lui. Il était ses seuls moments d’occupation…

    Et sans rien dire, lui accordant de plus en plus d’attention au fur et à mesure qu’elle grandissait, lui accordant également un amour infini, elle fini par calmer l’orage qui grondait en lui depuis trop longtemps… Et pourtant… Il se sentait honteux d’avoir battu un jour sa fille… Deux jours… Ou quelques mois. Il avait apprit à l’aimer, à l’apprécier, à ne pas lui en vouloir. Et pourtant, sa présence était toujours aussi rare. Il n’arrêterait pas de boire… Et il prit une décision qui lui coûtait, et qui était censée la rendre heureuse. Il abandonna l’enfant, en la donnant à un orphelinat. Ce fut un déchirement pour la gamine. Lorsqu’on vint la chercher, elle ne cessait de se débattre, en criant à son père de venir, de l’aider, de ne pas l’abandonner qu’elle l’aimait, les larmes aux yeux. Qu’elle ne pourrait vivre sans lui. Et malgré le fait qu’il le souhaite, il ne la retint pas, et elle fut emmenée.

    L’orphelinat… Des années de souffrances réfrénées… C’est en arrivant là bas qu’elle découvrit la cruauté des êtres humains, que jusque là elle n’avait pas côtoyé, puisqu’elle n’avait vu que son père et son ancienne nourrice. Les garçons de son âge s’amusaient à l’embêter, l’insultant et se moquant d’elle ouvertement. Mais elle ne disait rien, ne pleurait ni ne criait, et cela suffisait à les rendre hargneux. Ils lui firent de nombreux sales coups, l’enfermant dans des pièces sans ouvertures, qui la rendit peu à peu claustrophobe, comme lorsque son père autrefois le faisait, et elle se contentait de se déconnecter du monde. Elle recueillit un jour un petit chat qu’elle cacha aux autres, et dont elle s’occupa durant trois mois. Puis un jour, alors qu’elle se faisait encore brimer, une fille de son âge vint prendre sa défense, et se déclara… Amie. Encore une chose de nouvelle pour notre chère demoiselle, qui, bien que méfiante au début, finit par l’accepter et lui parler de tout… Jusqu’au jour où elle lui parla du chat, également. Tout cela n’avait duré qu’un malheureux mois, cette amitié de façade, avant que la jeune fille ne la coince dans les toilettes et appellent les garçons, qui avaient capturés le chat. Il fut noyé devant ses yeux. Et elle fut laissée là, enfermée, dans le noir, ses larmes ne suffisant pas.

    Elle avait 5 ans, et regardait par la fenêtre. Elle voulait sortir. S’envoler. Aller ailleurs. Et c’est là qu’un violent mal de tête la prit. Elle tomba au sol, et fut secouée de tremblements brusques. Quelqu’un passa devant le couloir et la vit. Elle se contenta d’aller chercher de l’aide, mais lorsqu’elle revint, Alienor avait disparut. Elle volait au dehors… Elle venait de découvrir quelque chose… Elle sentait sur elle courir le vent, mais ses yeux étaient fermés à cause du soleil qui se mourrait, en cette soirée d’été. Cela dura bien cinq minutes, après quoi on la retrouvé évanouie au pied d’un arbre, comme si elle avait chuté d’assez haut… Au début, elle cru avoir rêvé. Et pourtant, cela se reproduisait souvent. Trop petite pour comprendre vraiment, assez grande pour s’imaginer qu’elle vivait enfin pour quelque chose, Alienor gagna en assurance, et revêtit une façade de marbre face à tout, répondant aux insultes et geste. Dès qu’elle sentait la transformation venir, elle s’enfuyait, et profitait de ces moments de liberté, en faisant tout de même attention. Elle essayait de les provoquer, mais cela ne marchait jamais, et elle n’était pas transformée assez longtemps pour s’enfuir loin, très loin.

    Elle compris tout, un jour. Comme toujours, elle rêvait de son père, sûre qu’il viendrait la chercher. Aussi lorsqu’elle l’avait vu dans la cours de l’orphelinat, en costard et en compagnie de la directrice des lieux, ce fut sa joie la plus immense. Elle descendit, et écouta à la porte du bureau. Il souhaitait adopter ? Elle était ravie. Il allait la récupérer, elle en était certaine. Patiente, elle attendit devant la porte que le temps passe… Et quelques heures après, lorsqu’il sortit, il se retrouva face à sa fille émerveillée, devenue une enfant de huit ans.

« PAPAAAAAAAAA »

    Mais il avait reculé d’un pas. Il ne la voulait pas. Sur son visage étonné se peignit un air distant.

« Bonjour, Alienor. »


« Tu viens me chercher Papa ? Je t’ai toujours attendu, Papa chéri !! »

    Elle l’enlaça avec amour, et tenta de lui faire un bisou sur la joue, quand il la repoussa gentiment.

« Ce sera pour une autre fois, ma chérie. Surpasse toi… Et vit ta vie… Je reviendrais une autre fois… »

    Il laissa derrière elle notre chère Alienor dépitée, étonnée, et ne sachant comment réagir, alors qu’il partait adopter une autre enfant… Désormais, elle se raccrocha à une pensée réconfortante : Il lui avait dit qu’il viendrait la chercher ! En remontant dans son dortoir, elle trouva l’une des filles qui la brimait sans cesse faire ses valises. Interloquée, elle l’entendit dire qu’elle venait d’être adoptée par un père… Qu’elle avait enfin une famille. Elle se mis à la haïr encore plus, et cette nuit là, elle se leva silencieusement, défit sa valise et lacéra toutes ses affaires avec un couteau trouvé en cuisine. Puis… Elle s’occupa du visage de l’endormie, qui se réveilla dès la première coupure, ne trouvant dans sa chambre qu’une chauve souris, et un filet de sang sur son drap… Cela ne changea rien. Le lendemain, elle partit.

    Jamais on ne l’adoptera, non. Mais un jour, il y a peu de temps, elle fut convoquée dans le bureau de la directrice, qui lui annonça qu’elle faisait ses valises, et partait pour l’Académie de Beauxbatons. Dans sa carrière, lui expliqua t’elle, seulement trois jeunes filles et un jeune homme avait du y partir. La première lui avait écrit au terme de sa scolarité pour lui expliquer ce que c’était, aussi la directrice le fit à son tour pour Alienor. L’entretient dura trois heures, durant lesquels la demoiselle pensait qu’on se moquait d’elle. Lorsqu’elle sortit, elle alla directement faire ses affaires, et partit, accompagnée d’une surveillante. Elles passèrent pourtant chez son père avant, afin de lui demander de l'argent pour qu'elle vive plus correctement. Il conscientit, bien que cela lui fasse du mal de la revoir. Et pourtant. Du haut de ses douze ans, notre demoiselle lui avait sourit, ignorant la gamine se tenant derrière, et lui avait juste dit quelques mots...



« Je t’attendrais… »


Dernière édition par le Mer 18 Juil - 21:37, édité 1 fois
avatar
Aliénor Laurens

Nombre de messages : 10
Age : 26
Date d'inscription : 17/07/2007

Feuille de Personnage
Âge du Personnage: 13 ans
Filière du Personnage:
Disponibilité du Joueur:
5/5  (5/5)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Aliénor Laurens

Message  Invité le Ven 20 Juil - 20:44

[Fiche Validée]

Ses petits talons claquaient dans le couloir, sa jupe indécente et son décolleté affriolant faisaient se tourner les têtes dans le couloir. Paris Hilton, directrice de l'Académie de Beauxbâtons, était en retard à son prochain rendez-vous. Mlle s'était accordée une pause de trois quarts d'heure, histoire de faire trois fois le tour du chateau et de se faire remarqué, de prendre un thé en compagnie du beau jardinier, et d'aller papoter avec ses copines en transplanant aux Etats Unis. Elle était incorrigible, et désespérait ceux qui étaient devenus ses collègues bien malgré eux.
En effet, l'arrivée de Paris Hilton à la direction de Beauxbâtons n'était rien d'autre qu'un coup de pub pour la demoiselle. L'Académie était bien loin de son âge d'or où elle représentait la grâce et la distinction à la française, et où y étudier était le comble du raffinement. Les problêmes d'argent et de motivation avaient fait que lorsque le poste de directrice s'était libéré, et que Paris s'était présentée, l'Académie lui avait été cédée. Bien sûr, maintenant tout le monde regrettait. Mais il était trop tard, elle était là.
Toute fière et requinquée après cette pause peu méritée, la directrice s'avança vers la porte de son bureau, devant laquelle son prochain rendez-vous poireauté depuis une bonne demi heure déjà... Qu'à cela ne tienne, Paris n'était pas le moins du monde gênée, et sourit à la jeune fille, qui s'avérait être Aliénor Laurens.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Aliénor Laurens

Message  Aliénor Laurens le Ven 20 Juil - 21:30

Et pourtant, si la directrice pensait qu’Aliénor avait attendue, elle se trompait. À vrai dire, elle était arrivée cinq minutes plus tôt, accompagnée de Mc Ginns, l’une des vielles surveillantes toutes ridées de l’internat, qui grognait après elle. Elles étaient parties il y a de cela trois heure, Aliénor forcée, afin d’arriver en avance à l’académie. Bien évidement, la demoiselle avait pété sa crise en plein milieu du voyage, afin qu’elles s’arrêtent lui acheter une glace… Puis deux… Puis une bouteille de coca –Boisson moldue des plus délicieuse–, accompagné d’un litre d’eau, puis par la suite quelques boites de gâteaux, et un goûter pour une dizaine de personne, après quoi elles avaient pris la route avec une petite heure de retard, que la vielle s’était efforcée de rattraper, tandis que sa protégée mangeait à coté d’elle, tranquille, et comptait les voitures, ce qui était uniquement destiné à la saouler bien correctement. Enfin bref. Elles étaient arrivées en retard, et la Mc Ginns avait frappé, toute tremblante, à la porte du bureau. Aucune réponse… Elle avait commencé à flipper comme il se doit, lorsqu’elles avaient tout juste entendu arriver la directrice, ses talons la précédant. Un sourire s’était affiché sur les lèvres de la demoiselle, et elle avait tourné son regard vers l’inconnue qui allait se la jouer sage et compétente, celle qui en a vu passer, pour reconnaître… Paris Hilton.

Haussement de sourcil de la part de la demoiselle. Qu’est-ce qu’elle fait là, elle, cette personne peu appréciée, star en Amérique, sûrement, peut-être ? Elle avait regardé deux trois trucs inintéressant à son sujet, mais ne s’était jamais renseignée en profondeur. Face au sourire de la jeune femme, Aliénor se contenta d’un inclinement très léger de la tête en guise de bonjour. Mc Ginns, en revanche, se courba totalement, comme une servante saluant une princesse, ce qui, aux yeux de notre chère demoiselle, était pitoyable. La vielle se redressa, et bégaya un bonjour peu assuré, tandis que l’élève levait les yeux au ciel. Son principal souci n’était pas cette vielle peau qui perdait tout ces moyens, du moins pour le moment.

Aliénor se leva alors, puisque la rencontre était censée avoir lieu. Je vous rassure, elle n’a que treize ans, et pourtant, elle est haussée sur des talons compensés de cinq centimètres, de hautes bottes montant jusqu’à ses genoux, et dont les lacets devant paraissait bien chiants à mettre. Elle lissa sa jupe noire, assez courte pour dévoiler ses collants rayés -malgré l'été-, entre gris et noirs, et passa une main dans ses cheveux d’un rouge étincelant, qui ondulèrent le long de son corset, noir bien évidement, comme toujours. Ceci fait, son visage prend une expression plus douce, moins indifférente, et elle adresse un sourire à sa future directrice. Que le jeu commence. Si cette école était vraiment magique, cela pourrait être amusant, nan ?
avatar
Aliénor Laurens

Nombre de messages : 10
Age : 26
Date d'inscription : 17/07/2007

Feuille de Personnage
Âge du Personnage: 13 ans
Filière du Personnage:
Disponibilité du Joueur:
5/5  (5/5)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Aliénor Laurens

Message  Invité le Dim 22 Juil - 18:10

Arrivée devant la porte de son bureau, son sourire adressé à Alienor et à son accompagnatrice, avait donné le temps à Paris d'examiner ces deux personnes. Elle aimait examiner ses interlocuteurs, sous toutes les coutures. Elle aimait observer le moindre détail, juste pour juger. Non, elle ne méprisait pas, elle ne prononcerait aucun commentaire qui soit péjoratif. Elle évaluait seulement. Evaluation qui lui permettait de savoir si oui ou non, la personne qui se trouvait en face d'elle avait "du potentiel". Du potentiel pour quoi, allez savoir. Il ne s'agissait probablement pas du potentiel pour les cours, pour les études. D'ailleurs Paris, de ce côté là, n'était pas un modèle à suivre. Non, il s'agissait probablement du potentiel à la suivre dans ses frasques ... A ne reculer devant rien pour se faire remarquer ... Et au vu de son accoutrement, la jeune fille qui lui faisait face avait peut-être du potentiel ... Mais elle n'avait pas le droit de dévergonder les élèves. Même si ça pouvait être une piste pour tourner les regards des journalistes sorciers vers elle-même. Ce qui lui manquait le plus aujourd'hui.
Après sa minute de réflexion, la directrice se décida enfin à saluer ses invitées, avec le plus de courtoisie dont elle était capable, sans parvenir, mais ça n'était pas nouveau, à masquer son fort accent américain, et le fait que ces phrases qu'elles prononçait, étaient toutes faites et apprises par coeur.


Bonjour, mesdames.

Elle leur sourit de nouveau, ce sourire colgate qu'elle avait mis temps de temps à réaliser, qu'elle avait sélectionné parmi une dizaine de sourires, devant une glace, du temps où elle se demandait lequel offrir à la presse moldue. Mais peut-être devait-elle l'adapter au public sorcier, et trouver un sourire plus farfelu ?

Si vous voulez bien entrer.

Elle leur désigna la porte de son bureau, qu'elle venait d'ouvrir. S'y glissant la première, elle s'installa à son bureau, très à l'aise dans son intérieur rose, et fière de ses fauteuils. Le rose était dominant, et Paris était assortie à la décoration de son propre bureau. Une fois installée, elle sortit de son écrin une gigantesque plume rose flashy, ouvrit son agenda, et commença à chercher le prénom de la jeune fille avec laquelle elle avait rendez-vous. Elle s'y perdait tellement, à arriver tout le temps en retard et à accueillir n'importe qui ici, que peut-être avait-elle envoyé le jardinier dans la filière scientifique sans faire attention. En tous cas, les erreurs étaient fréquentes, vu comment elle gérait son affaire ... Ceux qui arrivaient dans la filière qu'ils avaient demandée avaient de quoi se sentir chanceux.
Une fois que Paris eut trouvé le supposé nom de la jeune fille croisée dans le couloir, elle releva la tête, sourit encore une fois à Aliénor et sa surveillante.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Aliénor Laurens

Message  Aliénor Laurens le Lun 23 Juil - 18:51

[ Au passage, désolée pour la quantité de paroles, je ne le fais presque jamais, mais là... Fallais que je le case -.-' ]

Oh, et une petite dernière chose encore… Apprend à parler Français, sans cet horrible accent américain. Rien qu’à entendre le ‘bonjour mesdames’, Aliénor savait que ce n’était pas gagné d’avance. Comprenait t’elle au moins ce qu’elle disait ? Ou traduisait-t’elle cela par : Phrase 1 ; Phrase 2 ;… ? La réponse serait intéressante à obtenir. Mais… Aisée, également, autant tester ça à la première occasion, quoi qu’en dise Mc Ginns… Un nom écossait pour une surveillante, française, au passage, ne vous inquiétez pas, elle a divorcé, mais sa vie ne vous concerne pas plus que la mienne. Ce sera une autre fois, un autre personnage, une autre vie… Et paf, voilaaaaaa, sors nous ton sourire colgate, voila, qu’Aliénor lui retourna avec ironie. Oui oui, elle le possède aussi, ce sourire colgate qui allait si bien aux gens, avec les n’oeils de bambi, qui allaient de pair.

Un soupir inaudible, et la demoiselle s’apprête à suivre le monde dans le bureau de la directrice. Elle lève son regard à l’intérieur, et là… Stupeur. Nan franchement, mais quelle erreur de goûts ! Elle ne sait quoi dire, elle ne sait quoi faire, mais quand on en est venu à tout décorer en rose, c’est qu’on est un cas désespéré, chose qu’Aliénor savait déjà à propos de Paris Hilton. Prudente, elle entre, mais au contraire de la surveillante, elle ne s’assoit pas, de peur d’être contaminée. Notre chère demoiselle est un tableau en noir et blanc – et rouge –, pourquoi vouloir la colorer ? Un soupir. Un temps. Très bien, amusons nous un peu, comme une gamine de treize ans…


« Bonjour. Je suis enchantée de voir qui dirige l’école en ces temps très jaunâtres, veuillez accueillir toutes mes condoléances pour la météo fâcheuse, qui l’est tout autant que votre bureau flasheur, non ceci n’est pas un jeu de mot. Comme vous l’aurez deviné, puisque je sais pertinemment que vous êtes devin, je veux aller en filière Scientifique, et mon désir n’est pas infrangible. Si cela vous intéresse, bien que j’en doute, je souhaite devenir maître du monde, supprimer de l’espace interplanétaire tous les boulets que l’univers peu compter, même si pour cela je dois vendre mon cheval à bascule, et mon papier peint orange dans la chambre. Je ferais régner l’ordre avec volonté et désinvolture, en lançant des campagnes de chocapics, et en relookant votre bureau en cercueil, dans lequel je vous enfermerais pour l’éternité, histoire qu’un jour vous l’ouvriez et devenez un mort vivant qui erre à jamais dans les Limbes du paradis et de l’enfer. Sur ce, veuillez agréer, mon amour inconditionnel et soyez assurées de mon entière dévotion à votre service ; beau temps mauvais temps, transmettez nos amitiés à monsieur ; que le bonheur submerge votre demeure jusqu’à ce que les plafonniers fleurissent avec des ballons, des confettis, des serpentins et des petites filles en robe rose avec une sucette. Bien à vous pour toujours et à jamais dans l’unique but de servir l’espérance de votre satisfaction ; dis bonjour à ton père et à ta mère, embrasse le chien, bonne pétanque met une écharpe, fais froid dehors… »


Et oui, Aliénor aussi avait ses textes appris par cœur, qu’elle récitait à toute vitesse avec cet air d’enfant sage et sérieuse qui explique calmement et poliment dans quelle filière elle voulait aller. Bien évidement, la Mac là, elle la regardait avec un air de chien de garde, qui va la déchiqueter une fois qu’elles seront hors de vue. Aliénor allait s’en prendre plein la tronche, ça lui paraissait évident, mais c’était trop beau, elle n’avait pas pu se retenir. Maintenant, il fallait juste qu’elle espère que Paris Hilton n’ai rien compris… Et de toutes façons, si ça avait été le cas, que lui aurait t’elle dit ? Tout ce qu’elle voulait, Aliénor était curieuse de savoir, mais rien de bien méchant. Au pire, elle n’était pas prise, et oublierais ce délire d’école de sorcellerie dirigée par l’héritière de l’empire Hilton. Ce serait tout aussi parfait.

Sourire colgate, à nouveau, adressé à la directrice, et Aliénor reste là, devant le bureau, à attendre une quelconque réaction à sa tirade. Il fallait tenter, n’est-ce pas ?
avatar
Aliénor Laurens

Nombre de messages : 10
Age : 26
Date d'inscription : 17/07/2007

Feuille de Personnage
Âge du Personnage: 13 ans
Filière du Personnage:
Disponibilité du Joueur:
5/5  (5/5)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Aliénor Laurens

Message  Maître du Jeu le Ven 10 Aoû - 9:32

( au cas où vous n'auriez pas reçu le mail de masse ) veuillez nous préciser si vous souhaitez poursuivre ce sujet ( à partir de maintenant les rendez-vous avec la directrice ne se feront plus pour les élèves, ça fait trop de travail, il faudra juste imaginer qu'ils ont eu lieu ). Comme votre fiche a été validée, vous pouvez, quel que soit votre choix, déjà poster. Wink

_________________
Et si tout était écrit ?
avatar
Maître du Jeu

Nombre de messages : 228
Date d'inscription : 17/01/2007

Voir le profil de l'utilisateur http://academiebeauxbatons.actifforum.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Aliénor Laurens

Message  Invité le Ven 21 Sep - 15:33

Idem, un petit signe de vie, ne serait-ce qu'une réponse à la question. Neutral

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Aliénor Laurens

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum