Marie Cochet [Belles-Lettres ; 2001-en cours]

Aller en bas

Marie Cochet [Belles-Lettres ; 2001-en cours]

Message  Professeur Cochet le Sam 2 Juin - 11:06

Fiche de Marie Cochet, professeur de Belles-Lettres de 2001 à ??


1/ Nom et Prénom de votre personnage.
Marie Cochet.

2/ Date de naissance de votre personnage.
22 Juin 1949, 58 ans.

3/ Baguette Magique.
Marie ne se sert pas beaucoup de sa baguette. Non pas qu'elle préfère faire les choses à la main ( sûrement pas ! ), mais le fait est qu'elle n'a pas souvent l'occasion d'avoir recours à la magie. Cependant, sa baguette ne la quitte jamais, et même si elle ne l'utilise pas beaucoup, cela ne l'empêche pas de savoir très bien s'en servir.
Marie n'a pas vraiment choisi sa baguette pour ses performances magiques, mais pour ses qualités esthétiques : en effet, cette baguette est courte et finement taillée dans une branche de jeune chêne, elle renferme un poil de licorne tout à fait banal, mais à l'extérieur est d'une qualité exceptionnelle, au niveau du raffinement et de la finition. La baguette de Marie est selon elle, un modèle de bon goût.

4/ Description Physique.
Dôtée d'une silhouette fine et d'un visage "creusé" par le temps, de taille moyenne et assez faible musculairement parlant, Marie a appris à compenser ce désavantage physique par un fort caractère, et n'hésite pas, énergique, à élever la voix pour rappeler sa présence à ceux qui l'auraient oubliée. Autrefois blonde aux yeux marrons, le temps a fait perdre leur couleur à ses cheveux. Mais Marie ne s'en formalise pas, et refuse de les colorer avec quelque sort que ce soit : elle n'a pas honte de son âge, et trouve que le blanc contraste parfaitement avec son style vestimentaire, ce qui produit un effet distingué à souhait. Marie est en effet très soucieuse de son apparence et s'appliquera toujours à être chic et à provoquer l'envie des autres membres de la gente féminine. Elle se veut être une référence au niveau de la mode, et n'hésitera pas à conseiller ou critiquer de parfaites inconnues.

5/ Avatar.
Meryl Streep.

6/ Histoire de votre personnage.
Marie Cochet est née le 22 juin 1949 à Paris. Ses parents, très attachés aux valeurs, aux traditions et plus particulièrement aux honneurs qui étaient dûs aux sorciers de sang pur, l'ont élevée de manière à ce qu'elle perpétue ces mêmes valeurs et traditions. Pour la famille Cochet, les sorciers issus de familles moldues devaient être subordonnés aux sorciers issus de familles entièrement sorcières, il en avait toujours été ainsi, et il ne pouvait pas en être autrement. D'ailleurs, ils n'hésitaient pas à valoriser la grande et merveilleuse histoire de la famille Cochet, en multipliant les récits d'ancêtres ayant inventé des sorts connus de tous, rencontré des personnalités mythiques, réussi à tenir des semaines sans boire ni manger, ou ayant vaincu une armée de dragons à mains nues. Il s'agissait bien entendu d'histoires complétement inventées, et personne ne s'y trompait.
Ainsi, Marie et ses deux frères aînés vécurent leur enfance au sein d'un milieu aisé, et reçurent une éducation stricte. Cours de bonnes manières donnés par une vieille femme aigrie qui prenait plaisir à leur taper sur les doigts, éloge de leurs prestigieux ancêtres et discours anti-moldus faisaient partie intégrante de cette éducation, et si à la base ces trois enfants avaient pu être disposés à sympathiser avec des moldus, ce ne fut très rapidement plus le cas. Leurs parents les obligèrent également à s'affronter les uns les autres, en les mettant sans cesse en compétition, sans leur accorder le moindre moment de tendresse. Tout ceci avait pour but de forger leur caractère, et de les préparer à faire face aux êtres les pires qui soit : les moldus, les sangs-de-bourbe, et les sorciers les soutenant. Ils devraient ainsi, pouvoir faire valoir sans problêmes leur supériorité.
Chacun d'eux ne révéla ses pouvoirs qu'à l'adolescence, ce qui était plutôt courant chez les sorciers, et le fit de manière banale. Mais à leur entrée à la prestigieuse Académie de Beauxbâtons, où leurs parents les avaient inscrits à la naissance, et où ils étaient ravis d'enfin aller, après tout ce qu'ils en avaient entendu, les trois Cochet se séparèrent : si les deux garçons, plus terre-à-terre, optèrent pour la filière technologique, Marie, elle, choisit de devenir une littéraire. Car la jeune fille montrait déjà un certain goût pour ce qui était beau, ce qui était raffiné, et ce qui était admiré. Et la littérature, entre autres, était ce qu'on pouvait appeler une matière raffinée, d'autant plus que ce n'était pas à la portée de tous les élèves de comprendre la sensibilité de certains textes.
La scolarité de Marie à Beauxbâtons passa vite. Très vite. Et pourtant, elle y consacra bien sept années de sa vie. Sept années palpitantes, durant lesquelles, elle et ses frères montrèrent à quel point l'éducation de leurs parents avait atteint son objectif. Et l'école se scindait alors en deux camps, les sangs-pur, et les pro-moldus. Durant ces sept années, Marie ne cessa pas de s'intéresser à la Littérature, sans pourtant envisager de l'enseigner plus tard. Elle se destinait alors à une carrière de journaliste, et dès sa sortie de l'Académie, entra à la faculté de lettres de Belle-Faussette pour y parvenir. Et elle y parvint.
Marie devint très vite la journaliste phare du premier journal pour lequel elle fut engagée, l'hebdomadaire Jeune et Sorcière, destiné aux adolescentes, et pour lequel elle s'occupait de la rubrique consacrée à la mode. Mais très vite, ce petit succès ne lui suffisait plus. Son immense talent devait être révélé, et ce n'était pas un journal pour ados qui lui donnerait la reconnaissance qu'elle méritait. Elle travailla donc pour plusieurs journaux différents, sans pourtant réussir à se sortir des magazines pour adolescents, en tous cas pas avant de se marier pour la première fois, à 24 ans, avec un journaliste du célèbre quotidien La Bièraubeurre, qui lui permit de relancer sa carrière. Mais leur relation n'était pas durable et ils se séparèrent deux ans à peine après s'être mariés. Marie ne regretta rien, et n'eut aucun mal à passer à autre chose.
Autre chose, ce fut son second mari, qu'elle épousa à 30 ans, et avec qui elle resta dix ans. C'est avec lui qu'elle eut Nadine, sa fille unique. L'amour que Marie éprouvait pour son second mari était sincère, et fut sûrement le plus sincère qu'elle ait vécu, mais la dure éducation de ses parents l'avait rendue peu émotive et peu démonstrative de ses sentiments. Marie tenait beaucoup à sa fille, et s'en occupa énormément pendant les six premières années de mariage. Mais très vite lui revint un besoin d'activité : elle avait besoin d'écrire, de bouger, et le rôle de mère au foyer ne semblait pas lui convenir. Pas plus que le rôle d'épouse apparemment, puisque son second mari la quitta, agacé de devoir s'occuper seul de la petite, lassé du manque d'attentions de Marie. Nadine resta avec sa mère, qui malgré son travail avait décidé de la garder, avec l'aide de nourrices.
Son troisième mari fut un autre journaliste, que Marie connaissait depuis longtemps, mais avec qui elle n'avait jamais vraiment cherché à faire connaissance. Elle l'épousa à 43 ans, alors que Nadine avait tout juste 12 ans. Celle-ci s'entendait bien avec son beau-père, tandis que sa mère, elle, était plus préoccupée par sa carrière. Elle venait d'intégrer un célèbre magazine de mode sorcier, Vague. Elle y décortiquait les nouvelles tendances, prévoyait celles de la saison prochaine, et conseillait même sur la mise en page, et le choix des mannequins. C'est alors qu'elle-même choisit de quitter son troisième mari, qui lui reprochait sans cesse d'être trop impliquée dans son travail, et de les négliger lui et sa fille.
Nadine, elle, avait à présent intégré l'Académie de Beauxbâtons, et Marie put noter les disfonctionnements qui y faisaient tache. Ce n'était plus la prestigieuse école dans laquelle elle avait étudié. Elle devint une parente d'élève présente et active, et s'attira les foudres de plus d'un. C'est à ce moment que lui vint l'idée de se présenter comme professeur à l'Académie.
Mais ce ne fut pas pour tout de suite, puisque lorsque Nadine termina sa scolarité à Beauxbâtons, elle décida de se marier. Avec un moldu. Marie n'aurait jamais pensé subir un jour une telle humiliation, et son idée de rejoindre Beauxbâtons lui sortit de la tête, moins importante que ce problême auquel elle devait faire face. Elle, s'était toujours attachée à épouser des sorciers, de sang pur, et n'aurait jamais imaginé qu'il puisse en être autrement. Le jour des noces, Marie, qui était venue à contre coeur, quitta les lieux en pleine cérémonie, ne pouvant en supporter plus. Elle n'a plus revu sa fille depuis ce jour, c'est à dire depuis six ans.
Peu de temps après cette rupture avec sa fille, Marie, qui avait besoin de compagnie, acheta un chat, qu'elle nomma Expelliarmus. Son travail pour Vague l'occupa quelques années, avant que ne lui reprenne l'envie d'enseigner à Beauxbâtons, où elle entra en 2001.

7/ Famille de votre personnage.
Marie est issue d'une famille de sangs-pur très à cheval sur ses privilèges. Elle a encore quelques contacts réguliers avec ses parents ainsi que ses deux frères, mais l'unité n'a jamais été le fort de la famille Cochet.
Marie a été mariée trois fois, a subi trois échecs cuisants, et au final se retrouve divorcée et seule à 57 ans, ce qui ne fait qu'augmenter sa morosité et sa constante mauvaise humeur. Elle a eu une fille de son deuxième mari, Nadine, dont elle n'a plus de nouvelles depuis maintenant plus de six ans. En effet, Marie n'a pas apprécié le mariage de sa fille unique avec un moldu, et Nadine n'a pas apprécié le scandale créé par sa mère lors de la cérémonie. Aujourd'hui, Marie vit donc en solitaire, et ne cherche plus d'autre compagnie que celle de son chat, Expelliarmus.

8/ Personnalité de votre personnage.
Marie aime se mettre en avant, en valeur, être sujette de toutes les attentions. Ses origines de sang-pur et sa carrière sont pour elle source d'immense satisfaction, et elle ne se gêne pas pour se sentir supérieure à qui que ce soit, et pour exiger un respect absolu, ce qui fait d'elle une redoutable professeur. Plutôt dure avec les élèves issus de familles moldues, elle ne sera jamais impartiale, et valorisera toujours les sorciers de pure souche, bien qu'en théorie ce soit interdit.
Marie est de caractère plutôt calme, attentive et intelligente. Elle réfléchit beaucoup, et est même plutôt calculatrice.
Ses expériences amoureuses lui ont fait prendre conscience qu'elle n'était peut-être pas faite pour la vie en communauté, ou en tous cas que la solitude était ce qui lui convenait le mieux. Elle ne supporte pas les cris, la foule, les élèves qui chahutent en classe.

9/ Goûts de votre personnage.
Les apparences sont le principal soucis de Marie. La mode, est son outil de travail. Et ce qu'elle aime par-dessus tout, c'est mêler son principal soucis et son outil de travail, pour créer le bon goût, le chic, le classe, ce qui est tendance. Et elle se sent particulièrement importante à donner l'exemple et à critiquer ce qui mérite (ou pas) de l'être. Elle ne sera jamais mal habillée, mais toujours bien mise et au top du raffinement. Au bout de ses 58 ans d'existence, Marie se retrouve seule, mais ce n'est pas pour lui déplaire : la solitude ne l'a jamais vraiment dérangée, au contraire, elle y a été habituée très jeune.

10/ Dons.
Non.

11/ b) Matière enseignée.
Belles-Lettres.
avatar
Professeur Cochet
Professeur Principal des Littéraires

Nombre de messages : 59
Age : 29
Date d'inscription : 02/06/2007

Feuille de Personnage
Âge du Personnage: 57 ans
Filière du Personnage: Filière Littéraire
Disponibilité du Joueur:
5/10  (5/10)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum